Belleville hill’s (140 km, 3000 m D+)

Rendez-vous à 10 heures à Belleville-sur-Saône ce jeudi 29 octobre pour une remontée vers Tournus par les coteaux du Beaujolais. Les deux jeunes terreurs, Antoine et Corentin, sont mes invités ; il me faut leur proposer un itinéraire bien pêchu : à cet âge, quand on s’ennuie, on est vite chiant. On a laissé Tonio et Chri (salut les copains) faire les fous en VTT.

Capture d’écran 2015-10-31 à 09.30.28
la partie montagne

Je plante le décor : la journée est pleine d’un Soleil qui verse généreusement sa lumière dorée  sur des paysages en habits d’automne. Oui oui, j’écris comme un vieux, mais c’est fait exprès. Et sache, lecteur, que si nous n’avons pas pris de photos, c’est pour que tu puisses rassembler dans ta tête tout seul  comme un grand tes souvenirs de ce qu’il y a de plus beau comme paysage de coteaux avec vignobles en automne, et une fois que tu as trouvé, te dire que là où on a pédalé ce jour-là est encore plus beau. Sinon, il y a google : .

On commence à la sortie de Belleville (200 mètres)  par l’attaque du mont Brouilly. Le mont Brouilly (485 mètres) , c’est un résumé  du Beaujolais concentré dans un petit mont à la forme d’un beau  nichon    : vignoble en bas, forêt en haut, panorama à la fin avec une église ou une croix et route tranquille pour y accéder. A ceci près que les pourcentages de grimpée sont assez forts : 6, 7, 11 et 12 %. On se sera bien explosés dans cette montée, ce qui a été un erreur pour la suite. Antoine, en grand gaillard, exulte de joie d’avoir mal aux cuisses et envie de vomir, Corentin, quant à lui, serre les dents et devine déjà la douleur qui le toisera toute la journée, comme une chouette posée sur son guidon.

Descente du Mont Brouilly (au passage, final habituel d’une étape de Paris-Nice), direction la Croix Rosier (714 mètres)  pour la deuxième ascension. Le  col commence  par Le Perreon, charmant  village typique et tout et tout, et s’accentue à la Creuse (9%). Les forts pourcentages continuent jusqu’au Bout du monde (lieu-dit de trois fermettes). On dépasse un copain : je fais passer Antoine pour le champion de Côte-d’or, le type a l’air glacé, il fait demi-tour, raccroche le vélo et se met au tricot (j’extrapole, Paul, en fait, il nous reprendra à la pause au sommet). Ensuite, ça déroule au milieu des sapins. A la croix de la fin du col, on croise un groupe de papis en tenue grand froid. Gros contraste : en maillot manches courtes, nos deux jeunes sont presque à poil.

Petit crochet jusqu’à la Croix Marchampt (687 mètres.), et descente vers le village du même nom. Si la route au début n’est pas terrible (unissons-nous, cyclos, contre ces filles de joie de gravillons), elle permet ensuite à Corentin de montrer son goût pour les trajectoires et la vitesse. Antoine suit de près, moi j’ai un petit problème avec mes freins qui s’actionnent automatiquement, on va dire.

Jeu de montagnes russes, suite : on grimpe aussitôt la Casse Froide (722 mètres. Antoine regarde son compteur : 40 km, 1300 mètres de D+, il est content.) Même topo : début pentu, suite à la cool dans les odeurs et les épines de sapins. On croise en cheval en liberté, posay, OKLM. (Si si, j’écris comme un jeune, c’est fait exprès). Descente à Beaujeu. Même topo, bis : putain de gravillons, Corentin s’amuse, Antoine aussi. Et on attaque les 8 kilomètres du Fût d’Avenas (750 mètres). Dans la montée, on aperçoit la croix blanche qui a été cet été un lieu de panorama de notre sortie de VTT d’été dans le Beaujolais vert. L’ascension commence à être difficile pour Coco qui est en train dans la douleur de se faire un mental et une caisse. Il ne lâchera pas. Pas même une plainte. Après le sommet, il se rattrape en faisant la descente à fond, ce qui est dommage, car Antoine et moi on se serait bien arrêté au balcon pour voir la vue !

IMG_1930
selfie avec Soluté au fond

On enchaîne avec le petit col de Durbize (549 mètres), beau ruban d’asphalte roulant au-dessus de Chiroubles, puis on file vers Julienas par une descente facile et rapide. Bifurcation à Emeringes et attaque par le château (le troisième de la journée) du col de la Sibérie (441 mètres) et ses trois-quatre lacets en épingle. On décide au sommet d’abréger : la nuit nous aurait englouti avant la fin du programme complet. Antoine, le nez dans on portable, acquiesce (Petit point technique : quand un jeune a le nez dans son portable, on peut lui dire ce qu’on veut, il est d’accord). Descente vers Solutré, ce qui émeut Penkinator, qui se remémore les sorties avec son mentor (coucou Benoit).

A La Roche-Vineuse, on cherche le cimetière, pas pour réserver, mais pour de l’eau (les cyclos savent ça) : le cimetière est tout en haut, et là pour le coup on a la flemme. Une habitante, voyant notre renoncement, se fout de nous : ah ça, vous êtes en Saône-et-Loire, ça monte. Comme on a pas de clefs à molette, elle a la vie sauve. Et on file par la vallée d’Azé (Ere glacière) jusqu’à Tournus par une enfilade de coups de cul, vent de face. On croise les chemins VTT qu’on prend d’habitude, ce qui ragaillardit Corentin qui se souvient qu’avec un autre spad, il écrase tout. Antoine pense déjà à sa sortie de récup du lendemain, 90km, 3000 D+ autour de l’Afrique.

C’était une journée extra. Je ne reprends plus le route que pour des sorties comme celles-là (Ah, le Grand Colombier, Cricrou…), de toute façon. Antoine et Corentin, ça leur a plu, visiblement.

 P.S. J’ai oublié un détail : à un moment, Antoine soupèse mon vélo. Air dégouté. Plus on est vieux, moins on a de cheveux, plus on est con,  plus on a de fric, plus les vélos sont magiques, c’est mathématique, c’est comme ça.

Publicités

4 réflexions sur « Belleville hill’s (140 km, 3000 m D+) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s