MB, épisode 4 : Compte-rendu de FAB

Peut-être un problème de couleurs, faut voir.
Peut-être un problème de couleurs, faut voir.

Allez à mon tour 🙂

Je vous passe le voyage et l’installation du camping on passe direct aux choses sérieuses 😀 .

Arrivé sur le départ pour 6h, c’est déjà rempli de monde à cette heure si matinale dans les rues, ça fait bizarre. C’est parti, les gens nous acclament, nous encouragent, c’est top,je pars cool comme d’hab, il me faut mes 30 minutes mini de chauffe(mode gros diesel quoi lol), beaucoup de monde me double, pas grave la route est longue encore. Premier coup de cul ça bouchonne vite fait, on pose pied à terre, ça me soule déjà 😀 Une belle descente arrive rapidement, je me lâche pour évacuer ma frustration, j’en double pas mal, ça avionne, ça fait du bien au moral :p

Je suis chaud la machine est lancée, dans une grimpette je double Jérôme qui se doutait que je n’allais pas tarder :D, je roule bien, je double quasi tout le monde sur les premières pentes du col du Jaillet, je me sens bien, trop bien même, je me suis un peu enflammé je crois bien.Arrivé a la deuxième partie de l’ascension sur les gros raidards je marque le coup et pousse quelques fois 8/ Un gars me double et me demande si j’avais pas crevé tout à l’heure, je lui répond ben non pourquoi? « Ben vu comment vous nous avez doublé il y a 20 mn on a cru que vous aviez crevé et que vous rattrapiez votre retard »me répond le ga

rs 😆 ah merde je me suis vraiment enflammé et là je regrette lol. Bref on termine plus au moins bien, ça pousse un peu encore, belle descente dans la foulée avec un peu de technique, je m’en sors pas trop mal ça trace bien,et direction la Tête de Torraz et le col du Jaillet…

Dur, mais j'ai vu Mégève
Dur, mais j’ai vu Mégève

Un gros morceau en perspective, longue ascension sur chemin large en plein soleil, je transpire à mort, la sueur qui coule dans les yeux, ça pique à mort, c’est chiant. Je pousse de plus en plus, commence à regarder l’heure et me dit que si je continue comme ça la barrière du 70 va être tendue, donc à défaut de pouvoir tout monter sur le vélo je décide de marcher assez rapidement quand je doit pousser le bike. Ravito aux 3/4 de l’ascension j’aperçois rapidement Benoit et Antoine qui reparte, ils sont pas loin ça me motive. La fin de l’ascension se termine par des raidards de ouf a au moins 30% je dirais, pousser le vélo fatigue énormément. Enfin la descente finale sur Combloux arrive, ça va le faire niveau horaire, la descente est top, virages relevés je me fait bien plaise.

Arrivée sur Combloux, je prends sans hésiter une seconde le couloir du 100, 30 mn avant la fin de la barrière. Je vois Anto, au stand méca et je me dit aie merde ça pue qu’est ce qui se passe, quelques secondes de discussion et il me dit un souci de dérailleur mais ça devrait le faire, et me dit de ne pas m’attarder, je file. Et la dès les premières pentes pour aller au plateau de la croix, gros gros coup de bambou, plus rien dans les pattes, je suis à l’arrêt, j’ai chaud. Petite pause à l’ombre sous un arbre, et voilà déjà l’avion en mono fourche qui passe :p merci pour le rhume lol. Je pousse encore et toujours, multiplie les arrêts, et là je me dit bon ok, tu est venu pour le 100 comme objectif, j’ai le temps pour finir quitte a finir à 20h, donc on y va molo ça sert a rien de se détruire.

Une fois sur le plateau de la Croix, le replat me fait beaucoup de bien, je met du braquet, retrouve du peps, monte les coups de cul en force et j’ai un très lointain espoir que le 140 est peut être faisable finalement…Mais voilà qu’arrive le mont Joux, et là deuxième gros coup de bambou , les jambes sont lourdes, avec cette interminable ascension en plein soleil, nouvelles pauses, grosses séquences de poussage, je me dit là c’est vraiment mort en voyant où est le sommet je serais hors délai au 100. Finalement même en poussant pas mal de temps j’arrive dans un temps « correct » au sommet. Coup d’œil sur le profil, reste en gros 15 km avec une petite bosse et 2 descentes dont une très grosse, je me dit bon finalement il y a moyen que ça passe pour aller faire le 140, allez on réfléchit pas, attaque maximum en descente!!! Première grosse descente sur une piste large en cailloux, ça bombarde un max, j’ai l’impression de flotter sur les cailloux, je prends des risques, je passe comme un missile devant des randonneurs qui hallucinent et me font signe de ralentir :D, je m’en bats on lâche tout c’est maintenant ou jamais, je frôle quelques fois la sortie de piste en étant large mais ça passe, c’est borderline 8| Deuxième belle descente sur Megève, avec pas mal de technique je vais essayer de profiter de « mes qualités » pour gagner du temps. Au début de la descente je double anto à pied, qui n’est pas très à l’aise dans ce genre de terrain :gene: il m’encourage ça motive, et je me dis j’espère que la descente n’est pas comme ça jusqu’au bout pour lui…, je suis chaud je passe quasi tout les passages mentionné Attention en gros, sur le bike, ouah DH power en moi, le 29 passe partout je me prends pour Vouilloz 😀 Fin de la descente sur une grosse route en bitume, on met tout à droite, ça va le faire j’en suis sur.

Arrivée dans Megève pour la fin du 100, le speaker me voit au loin , commente en live mes faits et gestes, j’ai pu le choix je suis observé 😀 je me dégonfle pas et je prends à droite, direction le graal, avec une nouvelle fois 30 mn d’avance sur la barrière. Au ravito Benoit et Antoine sont là, ils viennent d’arriver qu’ils me disent, Antoine allongé dans l’herbe en train de dormir à l’air en pleine forme :D. on me demande des news d’anto, je leur dit qu’il devrait pas tarder et que ça devrait le faire pour lui aussi. on décide de l’attendre. Vu qu’on a plus de barrière on fait une bonne pause et anto arrive à son tour 🙂 Rencontre rapide aussi d’un autre membre lointain du fofo Sam03 😉 ‘On est content on va faire partie des finishers, mais on loin d’imaginer ce qui nous attends durant les heures suivantes. Plus rien ne passe niveau bouffe, écœurer au moindre truc avaler, envie de vomir, pu de force, les derniers 40 km vont être longs, très longs.

IMG_0487On décide de finir tous ensemble désormais jusqu’au bout les derniers 40 km quoi qu’il arrive. On repars par quelques km de route cool, ça fait du bien, mais dès que la pente s’élève de quelques petits pourcentages ridicules, on galère grave même avec tout à gauche, on pousse sur la route!!!Non mais allô quoi 😀 , anto et Sam ont l’air bien frais et on les perd rapidement. Une fois dans les chemins, succession de poussage, beaucoup de poussage même, mais on pédale encore un peu,une nouvelle descente technique on y va cool, plud trop de lucidité et arrive la dernière grosse ascension, 600 de D+ à bouffer après 113 km, direction le plan de l’Aar. Et la c’est la fin du monde,mode survie activé, on est au bout du rouleau, toujours cette envie de vomir, on fait que des pauses, on monte tout à pied, on essaye même plus de pédaler, un randonneur avec son vieux clébard nous dépose en 100m :lol:mais on se booste on raconte des conneries, le moral est bon encore, enfin le peu qui reste 😀 c’est interminable, heureusement qu’on est à l’ombre et qu’il fait moins chaud, ah ben oui c’est plus de 20h forcément 😀 Arrivée au sommet après très très longtemps, des bénévoles sont là, gros encouragements, on m’aide même à pousser mon vélo. Une moto arrive, apparemment encore 5 gars derrière, bon cool on n’est pas derniers. Quelques raidards à plus de 20% histoire de bien nous achever et on arrive au dernier ravito avant la descente finale. On nous conseille de pas trainer, la nuit est en train de tomber, et la descente se passe dans un sous bois technique , ah merde on s’attendait à une piste large, dég :gene: Je prends les devants, je perds vite antoine et benoit qui descendent prudement. Malgré la fatigue et l’obscurité qui tombe je me surprends à plutot bien « piloter » encore, je les attends à mi chemin. On installe les loupiotes et on passe en mode nuit 8|, la fin de la descente est « propre » ça passe bien de nuit, benoit ouvre la route et moi je ferme,avec antoine entre nous deux vu qu’il a eu un souci de fixation de lampe et a la fin de la descente les gars de l’orga nous conseillent par sécurité un autre itinéraire mis en place pour éviter une dernière bosse de 200/300 D+ et 2km avec une descente hard de nuit. On choisit la sécurité, c’est pas une petit bosse en moins qui va nous enlever tout l’exploit de la journée hein. 😀

Donc on finit par la route, un dernier gros coup de cul, on passe tout sur le vélo, on arrive au bout, aller on s’arrache, on arrive en ville, la ligne se rapproche, le speaker est là au tacquet, on passe la ligne à trois de front, avec les lumières, l’arrivée est magique, il est 22h10, on est finisher de la mb race après 16h10 de raid 8|

Jérôme , anto et Braco sont là, ils nous attendent et nous félicitent. J’étais venu pour me dépasser, aller au délà de mes limites, et j’ai pas été déçu, ce fut très dur, passé par tout les états. Mon objectif était le 100 et je suis finisher au 140, je suis heureux. Belle et grosse expérience humaine et sportive, je me rappellerais un moment de cette galère des 40 derniers passés en compagnie de Antoine et Benoit, car seul cela aurai été très très dur…

We are ze champions my friend
We are ze champions my friend

Merci au team vtt71 pour ce super week-end déconnecté du reste du monde 🙂 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s