MB, épisode 2 : compte rendu de TOPGIR

Vendredi 3 juillet :

Je passe le voyage… On arrive sur place, camping, nickel on s’installe, et on part chercher nos plaques :)
On en profite pour boire les bières de récup préventives.
On remonte au camping, quelques courses au supermarché pour le soir et le petit dej, et on s’équipe pour aller rouler !
On descends au brief de 18h, consignes de sécurité etc… On écoute rien on attend pour aller rouler :lol:
On prends le départ, petite ascension par la route, puis premier chemin, au bout de 350D+ on fait demi tour, décision trop difficile tellement on a envie de continuer !

11667456_10205868119956781_8200011513494198015_n

Soir, pâtes, bière, et au lit ! Nuit de merde, chaud, froid, envie de rouler, pas fatigué, excité en fait… Dormi par coups de 30 minutes, quelques heures au total, on fera avec !!

Samedi 4 juillet :

Réveil 4h30, même pas mal, je ne dors pas :D
On déjeune vite fait, on se prépare, et on descend au départ, donné pour 6h.
Y a plein de connards comme nous, venus pour en chier, mais je crois que peu savent ce qui les attends réellement :lol:
On part tranquille, mais vraiment cool. Y a du monde, on suit le rythme, limite on s’emmerde un peu !
Première descente, poussière, terrain fuyant, je suis prudent, et j’arrive en bas, horreur ! Levier de frein arrière mou, plus de frein arrière, quedal, nada, niet ça veut pas freiner !!! Là grosse suée en me disant que pour la suite ça va être compliqué… Quelques coups de freins et ça revient, ouf, sans doutes une bulle d’air due à une mauvaise purge la veille…
Je passe les détails de chaque bosse, je n’ai pas tout le parcours en tête…
Les 70 premiers se passent nickel, je roule au cardio, il m’est arrivé quelques fois de descendre du vélo quand ça montait au dessus de 165/170bpm, ce qui me fait perdre Antoine une demi heure, tant pis. Je le rejoint au ravito, je m’arrête vraiment vite fait, on repart ensemble, Anto est déjà reparti, et Fab arrive.
Le soleil commence déjà à taper, et à tous les points d’eau on s’arrose, au début la nuque et les bras, puis des douches d’eau froide tout habillé pour survivre…
Tout s’enchaine bien, les paysages sont magnifiques, jusque là c’est le top, on profite un max !! Quelques passages qui piquent, des coups de cul au Jaillet par exemple :D On essaie de pas trop trainer pour ne pas risquer de louper la barrière, et à l’issue d’une belle descente bien ludique on arrive à combloux. On a 45 minutes d’avance, la question ne se pose pas, on prends à gauche, direction 100/140.
On s’arrête 2 minutes histoire de lubrifier la chaine qui souffre de la poussière.

A peine parti, on croise un mec à contre sens, visiblement paumé, ah merde c’est Antopiko qui va au point mécanique ! Je lui laisse le soin d’expliquer ses déboires :D
On commence à grimper, en plein soleil, ouille ! Antoine a un coup de moins bien, on avance moins vite, à la rigueur on a déjà passé la barrière des 70, et vu la chaleur et les risques liés, je me demande sincèrement si c’est raisonnable de chercher à aller au bout… Anto nous rattrape, en mode VAE, là où nous on pousse lui il arrache ses crampons dans des nuages de poussière, bye bye Antoine, on se reverra, ou pas :D
On grimpe cool, on ne se grille pas, finalement à ce moment pas trop préoccupé par le timing. Dans une montée on rattrape Anto, encore en train de tuner son cannondale, il a crevé ! (note pour plus tard, le rocket Ron en 29, c’est de la mairde :D ) On continue, il se démerde il est grand (pas tant que ça) On arrive au Mont Joux, et en regardant le parcours on voit qu’on peut viser la barrière suivante ! alors à partir de là on bourre un peu, finalement on semble large, tant mieux !!
Dernière descente avec des passages bien hard, on pensais plus bourrer, mais ça va on est large !!
On arrive à Megève, les gens nous encouragent, ça donne des ailes :D
Arrivé à la barrière, aucune hésitation, on est déjà bien bien entamés, mais on prends à droite avec les Z’hommes :D
On parle de nous au micro, trop tard, pu le choix…

On a 45 minutes d’avance sur la barrière. Fab arrive très peu de temps après nous, maintenant plus de barrière, on décide d’attendre Anto, en espérant qu’il s’en soit sorti avec son pneu… Il arrive avec encore 15 minutes d’avance sur la barrière, et nous rejoint au ravito :)
On se sera quand même arrêté une demi heure, fatal pour repartir !! On part cool, déjà un peu en mode survie. A peine partis, un mec en perdition assis au bord, moi je suis trop sympa alors je le motive et lui propose qu’on roule ensemble. Il était prêt à faire demi tour mais vient avec nous, et là, merde, je me traine grave pour l’attendre un peu, il est mort de chez mort… Antoine et Fab qui étaient plus morts que moi à la barrière partent un peu devant, c’est nul :D
On profite d’un point d’eau, il fait une chaleur à crever, et là commence notre calvaire… Ca commence à pousser de plus en plus, je ne peux plus rien avaler, envie de gerber, ça sent l’overdose :D
On monte quand même, pas mal en poussant, on pédale quand la pente s’adoucit…
Première bosse passée, plus qu’un seul gros morceau ! Une petite montée de 800D+ pour remonter au Jaillet, qui va nous achever… Là on est tous les 3 dans le dur, je commence à taper une fixation sur ces put1 de cailloux et chemins tout gris, au lieu de regarder le paysage, mal aux pieds, le cuissard m’a bouffé les cuisses à force de marcher, merde, c’est nul là…
On fait de plus en plus de petites pauses, et on se rends compte que cette satanée grimpette de 8km on va la faire quasi à pieds… L’heure tourne, il fait toujours chaud, ça va faire 14h qu’on est partis, ça y est, c’est le mental qui va devoir terminer la course… Et il est où le mental ? Ben il est pas là :D
Au bout de… longtemps on arrive enfin au Jaillet, on est pulvérisés, je suis pulvérisé, je commence à ressentir l’épuisement, tête qui tourne, toujours mon envie de gerber et impossible de bouffer, rien qui passe à part le coca des ravitos…
On repasse les horribles coup de cul du Jaillet, là on est dégoutés !!! Ca commence à être vraiment difficile pour moi, le corps commence à ne plus suivre, je met un coup de pédale dans un raidar, je m’arrête j’avais la tête qui tournait, alerte rouge, je veux pas mourir d’épuisement ici :D
On arrive au ravito il reste 10km, une broutille, presque tout en descente !! Un mec est assis au ravito, entourré dans une couverture de survie, encore plus mort que moi mais j’ai presque envie de prendre sa place :lol:
Allez la nuit va tomber, faut y aller… On attaque la descente, et là c’est l’enfer, je suis mort, plus lucide, et la descente c’est de l’enduro, quasi tout à pieds, j’ai mal aux pieds, et là à force de descendre les marches à pieds je me tape des douleurs attroces dans les genoux, je gueule à chaque appui, Antoine gueule derrière moi, là c’est plus drôle du tout :D
Fab, lui, est déjà en bas qu’on est encore en haut :lol:
On arrive en bas du difficile, faut mettre les lampes… On repart, c’est plus sympa, surtout de nuit, descentes cool…
Dernier point de passage, il reste une petite bosse à passer avant l’arrivée, les gens nous suggèrent de ne pas la prendre mais de prendre un itinéraire bis qu’ils viennent de mettre en place, qui nous fait rester sur le bitume par sécurité. « un petit coup de cul » qu’il disait le monsieur, et ben put1 ! Gros coup de cul en fait :lol:
On arrive enfin dans Combloux, il est plus de 22h, ça fait 16h qu’on est partis…
A l’arrivée ça gueule dans le micro, y a un peu d’ambiance, on passe la ligne tous les 3 avec Antoine et Fab, et là la délivrance de cette épreuve qui nous aura essoré, vidé, décomposé :D
On s’arrête, la dame vient nous mettre notre médaille du plus con que la moyenne, Jérome vient direct vers nous pour l’arrivée chaleureuse, Braco est là aussi, à peine le dos tourné Jérome revient avec des bières, le top :D
Grande émotion à l’arrDSC00157ivée, super heureux d’avoir bouclé le 140, d’avoir dépassé les limites, et avec les copains en plus…

Ce soir là, j’ai dit, finisher, pas besoin de revenir l’année prochaine. Ben là je ne sais déjà plus quoi en penser… Ah si, vivement 2016, qu’on arrive de jour :evil:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s