vtt-fiction, par ANTOPIKO

xlogo-mb.png.pagespeed.ic.q-7qZycYNdOn a mis du temps à le rechercher, sa tente était vide : on s’inquiétait. On avait crié dans tout le camping : Fab, Fab… Il avait en réalité fini la nuit sur le toit de son AX. Il était encore groggy, sonné. L’homme du Morvan retrouvé, c’était bon, on était au complet, on pouvait partir et laisser derrière nous Combloux, le Mont Blanc, la MB. Sur le trajet, pas un mot. On savait. On savait que nous n’oublierions jamais.

Retour à l’avant-veille,  vendredi 3 juillet. Après un trajet d’abord marqué par un mélange d’excitation et de banalités et alors que  les premières vues sur les Alpes avaient ensuite plongé chacun dans ses rêveries, le VTT 71 débarque avec klaxon et sirènes dans le camping des environs de Mégève. On plante les tentes, Jérôme salue des connaissances, Antoine s’occupe du barbecue (il est revenu de la supérette avec une palette de 5 kg de viande et des yeux gros comme des phares) ; Braco rentre d’une petite sortie tranquille (titre Strava : acclimatation et derniers réglages ; en ayant réussi l’exploit de ne trouver dans le coin que 123 mètres de dénivelé en 25 km). Benoît et Fab s’affairent autour du pied d’atelier : un de mes leviers de vitesse est desserré et en voulant le remettre d’équerre, j’ai arraché le cable. Soirée bon enfant ensuite, des suédois à côté nous demandent ce que veut dire : « savachier ». Petit tour sur les hauteurs, extinction des feux à la tombée de la nuit.

5:00, c’est tôt, mais tout le monde est debout. Le lever de soleil promet d’être grandiose, la température est un peu fraîche mais laisse deviner déjà la canicule de l’après-midi. Tout le camping s’étire les bras, se gratte les couilles, se frotte les yeux. Les tenues sont mises méticuleusement  (merci les soldes Alltricks). Pour la collation,  Benoît suit les préconisations qu’il est allé pêcher sur une dizaine de site (gestiondelultra.com ou bienvenueenenfer.net, entre autres) et s’amuse de voir Antoine et Fab attaquer le reblochon acheté la veille. Jérôme discute avec des coureurs croisés il y a deux ans de l’absence de politique de restructuration dans le transport des personnes privées. Braco m’enseigne comment tomber de vélo avec souplesse. 5:45: faut y aller.

>

(à suivre)
Publicités

2 réflexions sur « vtt-fiction, par ANTOPIKO »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s