CR panoramique, Péronne, juin 2015, par ANTOPIKO

Rendez-vous chez Benoit à 5:30. Il fait déjà (un peu) jour : on en paraîtra (un peu) moins cinglés. Et cependant, c’est dimanche, l’été est là, et, sans doute, la fête de la musique de la veille a fait de Tournus une succursale d’Ibiza. Enfin peut-être, on n’ira pas vérifier, on est pressés. Car aujourd’hui, c’est surtout le jour où les zinzins de la DH vont prendre un peu de douceur de vivre, les toqués du XC un poil de bon temps, les gagas du MTB un grand bol d’air. Aujourd’hui, yes, c’est ze Pano day, ze day of vtt hapiness in Saône-et-Loire ! et tant pis pour les danseuses qui auront preféré la route de S-et-L.
Avec Ben, on suit d’abord la trace habituelle : Barbière, Grevilly, la montée du collège à Lugny. On décide d’être au départ à 7:00. Votre serviteur, pétochard, est content : on ne prendra pas la terrible descente de Lugny.

Benoua à la cool
Benoua à la cool

Il y a déjà du monde sur le parking, il paraît qu’on pouvait venir en voiture ; ah bon. On croise un Braco guilleret, champêtre et bucolique. Arrivés au P.C. course par un beau portail, la dame de l’accueil a un grand sourire ; on opte pour le grand parcours, parce qu’on est des cadors, on paye les 9 euros parce qu’on est plein aux as, et un sandwich et une biere nous sont promis, vu qu’on a l’air gentils. Puis, zou, c’est parti.

arbre, spad et toile de tente
arbre, spad et toile de tente

Pas beaucoup de nouveautés au goût de Benoit dans les premiers hectomètres, mais il changera d’avis. On enchaine les singles propres et les bouts de montées tranquilles. Puis la première bonne surprise : une descente en toboggan serpentant entre les arbres, polie comme un morceau de plastique, avec des beaux rebords relevés, une vraie griserie à prendre.
La suite est sur le même ton : c’est bien tracé, astucieux, ludique, sans rien qui ne demande une grosse technique, ni un cran de trompe-la-mort. Ça tombe bien, je me répète  : votre serviteur est pétochard. Et justement, je ne passerai pas l’obstacle rigolo avant le deuxième ravito : les passerelles. Vous pouvez huer, m’en fous : vertige. Bien vu, quand même, ces petits ponts, façon acrobranche.
Première grosse montée du jour : on roule avec les types de Julienas qui ont des beaux maillots. Si un jour on s’en dote au vtt71, on aura belle allure. En attendant, faut artiller : ça grimpe. Au sommet, on enchaine avec des singles sympas et une descente comme il faut : deux virages en épingle, une partie technique sur la fin, juste de quoi, pour ceux qui en font la dépense, justifier le coût excessif des amortisseurs de la maison Renard.
Ravito, épisode 3, et sa bonne surprise : un spad jaune. Oui, Zazou is in da place. Marbré Brossard, chocolat noir, sirop de citron, hop, on repart à trois. Ça monte gentiment ; comme on a des grosses cuisses, ça nous amuse. Puis descente dite de la Pucelle : zigzags entre les souches et quelques pierres, virage à gauche, portail grandiose dans les bois, permission exceptionnelle de passer. Ensuite vient un passage bien pentu que l’on préfère faire à pied. Parce que. On assistera en bas à une belle gamelle. Photo devant la statue de Jeanne d’Arc, qu’on n’avait pas reconnue. D’où le nom de la descente, et l’odeur de brûlé.

surprise-party avec une copine.
surprise-party avec une copine.

Dernier Ravito : le gros du squad Vtt 71 y est. On discute, on mange. Qu’est-ce qu’on mange, d’ailleurs, dans les randos ! Et hop : dernière partie. Les dernières surprises : un truc à bascule qui permet à Benoit d’arracher un arbre et un tunnel disco night flash mega dance, puisque Tournus, rappelons-le, c’est Ibiza, parfois.
Fin de la rando. Conclusion  : c’est vachement bien, la Pano. Merci aux gars en orange qui ont usiné tout ça comme des chefs.
Ah, et puis, la bière, les merguez, le dwich, et les copains du fofo !
Pour le retour, ça se complique : Benoit n’a plus de roue libre. Pas très grave, Yves lui cède sa roue. Une roue des établissements Girard d’ailleurs. Sur la route pour Tournus et Senneçey, il est question d’un étang extraordinaire, d’un taureau qui se caresse en pensant à Benoit et d’une course de dans deux semaines, qui se fait, il parait, les doigts dans le nez. Si, si.

AWOIPQ5us_Gg6RfZkc8_XsWIFGQjcNyU2Ib2HD8cEqM-576x768
de cette eau qui a bu : colique !

un grand merci, toujours,  à Benoit !

Antopiko

Publicités

2 réflexions sur « CR panoramique, Péronne, juin 2015, par ANTOPIKO »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s